Suivez votre gourmand par email

Annonce

Pour découvrir par vous-même mes places gourmandes, et faire de belles découvertes, consultez ma carte Agrotourisme. Très utiles pour organiser vos voyages gourmands.

Suivez le gourmand sur facebook;

Découvrez qui est vraiment UnGourmandAuQuebec ici.

Et regardez la chaîne Youtube avec de belles vidéos de nos compagnes.


mercredi 19 octobre 2016

Lanaudière: une région, mon épicerie

Étant à  Saint-Eustache pour visiter mon bon ami et sa petite famille, je me suis dit qu'il pourrait être agréable de faire mon épicerie de la semaine dans la région de Lanaudière toute proche le samedi afin de pas trop les déranger dans leurs activités familiales.

De plus, des membres de Slow Food Lanaudière avaient insisté pour que je m'y rende en me disant que j'allais être surpris.

Je dis donc au revoir aux enfants avec qui j'ai déjà construit des gratte-plafonds il y a deux ans à la ferme Les Champs Qui Chantent et je fais mon check liste habituel (Essence, glacières, argent liquide) et me voilà ptêt pour de nouvelles découvertes.

Mon but étant d'observer les splendeurs de nos campagnes, je prends l'autoroute pour quitter rapidement Saint-Eustache.

Mais même sur l'autoroute, les hangars et autres industries laissent progressivement la place aux champs, étables et fermes.

Avant d'arriver dans Lanaudière, je me permets de faire un petit détour dans le but d'acheter des fromages pour mon groupe, mais surtout pour les féliciter en personne de leur Caséus 2016 obtenu pour la qualité de leurs fromages.

La  route qui mène aux Fromagier de la Table Ronde est bordée de champs d'oignons, de choux, de citrouilles et cela me rappelle qu'il faut que je pense à acheter mes légumes. Je ne peux pas manger que de la viande et des fromages.

Arrivé aux Fromagiers de la Table Ronde, je rencontre Ronald, le propriétaire, pour la première fois.
Un homme très sympathique, attentif, et une petite commande de ...  quelques kilos, et je repars pour la Suisse normande.

Et là, coups de chance, Fabienne la propriétaire est présente et nous jasons de l'industrie pendant un long moment. Elle m'apprend que ses enfants s'impliquent dans la fromagerie, et donc, la relève semble assurée. Ce genre de nouvelle qui me remplit le cœur, car cela est un gros problème de l'industrie et il est toujours triste de perdre un bon producteur local.

Les achats de fromages pour mon groupe et moi sont finis, je peux donc maintenant visiter Lanaudière et faire mon épicerie.

Je récupère temporairement l’autoroute 25, et, juste à la fin de cette autoroute, on tourne à droite pour arriver rapidement Aux Volailles d'Angèle.

Je vois en bordure de route des kiosques de producteur de légumes, j'en profite pour équilibrer un peu mes repas avec des haricots verts, courgettes, tomates, concombres et autres légumes.

Aux  Volailles d'Angèle, poulets et dindes sont proposés en diverses coupes, mais aussi en une vaste gamme de produits transformés imaginatifs et fait à partir de leurs productions.

Comme à mon habitude, je démarre une grande discussion avec un client et l'employé où on s'échange trucs et astuces pour mieux manger et mieux acheter des produits de qualité sans se ruiner.

Après avoir testé quelques-unes de leurs saucisses en dégustation, je décide de m'en acheter. Leurs saucisses déjeuner au poulet sont tellement délicates qu’elles vont devenir un incontournable pour mes brunchs dominicaux.

Elles goûtent un poulet, qui à la base est savoureux, et donc, elles n'ont pas besoin d'ajout de trop de gras et de sels parfois nécessaire pour donner du goût.

J'ai déjà visité trois bons producteurs, acheté mes légumes directement à la ferme, et je ne suis qu'à quelques dizaines de kilomètres de Laval. C'est ma première découverte.

Mais ma route est longue, et en remontant dans ma voiture, j'entends les volailles jacasser, comme pour me dire à bientôt. Et elles ont raison.

J'ai mes produits de volailles, mais cela me prend de la cochonnaille, car j'aime manger froid, bon et rapidement le midi lorsque je travaille.

Cochon Cent Façons produit du porc que vous pouvez acheter en morceaux comme chez les autres producteurs.

Il ressemble par son persillage à celui de mes producteurs dans Bellechasse et pour m'en assurer, j’achète deux côtelettes pour comparer.

Mais ce qui m'attire ici ce sont les charcuteries, et je ne suis pas déçu.

Outre les pâtés, terrines, jambons et saucissons que l'on retrouve dans la plupart des places transformant le porc, j'y trouve des andouillettes, du museau, du jambon nature où l'on voit les beaux morceaux de viande.

Ils vendent leurs produits, mais aussi ceux d'autres producteurs comme Fou du Cochon.
Bref, un paradis pour les amoureux de la bonne charcuterie traditionnelle.

Ma réserve cochonne étant faîtes, je me dirige vers la terre des bisons pour m'acheter quelques pièces de viande rouge et des terrines de bison.

Immédiatement en partant, je me retrouve sur une route de plus en plus boisée, sinueuse, vallonnée. Juste y rouler est un plaisir. Et les quelques feuilles qui ont pris leurs couleurs d'automne sont la prémisse d'un spectacle enflammant dans quelques semaines.

En chemin, je vois des alpagas, de superbes et gracieux animaux en train de brouter tranquillement. Je ne peux pas passer sans m’arrêter, surtout quelqu'un est dehors.

En fait, cette petite ferme élève des alpagas pour la laine. C'est le projet de retraite un pilote de Air Canada et de sa conjointe.

Après avoir discuté avec madame, et visité leur superbe maison en bois rond, une vraie, je continue ma route.

Avant même d'arriver à La Terre de Bisons, je vois sur ma droite les vastes enclos où ces puissants animaux paissent tranquillement. Je ne peux m'empêcher de m'arrêter, tout comme la voiture devant moi.

Cette ferme, en pleine croissance, a une boutique qui propose la viande de bison et de wapiti, mais aussi des terrines, et des articles souvenirs.

Depuis cette année, ils ont un petit musée sur les grands gibiers, et il est possible de se promener entre les enclos pour admirer ces animaux, ou, dans l'après-midi, de faire un petit tour de carriole pour une visite guidée. Bref, ils transforment tranquillement la ferme en site récréatif familial.

Mon prochain arrêt a pour but de résoudre un mystère, Qui sème Récolte.

Comment une entreprise peut-elle produire du cidre, des confitures, des produits de la pomme et de l'érable et de l'huile de canola et de la mayonnaise. Il y a de quoi surprendre et il n'en faut pas plus pour m'inciter à leur rendre visite.

À l'origine, Cuisine Poirier - Père était un innovateur dans les plats prêts à manger en épicerie, mais en 2000, Cuisine Poirier- Fils décide de mettre en valeur leurs mayonnaises sans agent de conservation, faîtes d'ingrédients que vous avez certainement dans votre garde-manger, mais qui se conserve 6 mois au réfrigérateur, un exploit technique.

J'ai tellement aimé ce produit que j'ai donné les pots de mayonnaise industrielle qu'il me restait pour adopter celle-là. Ma mayo-maison ne se converse que quelques jours, alors ça me prend un pot de mayo dans mon frigo.

Ils ont tellement bien réussi que maintenant, elle est dans plus de 350 points de vente (IGA et Métro), et chez Frite Alors!

Le verger à deux ans, c'est nouveau, et leurs cidres sont bien équilibrés. Ils créent aussi des produits très originaux comme les pommes confites, des petits cubes de pommes confits dans le sirop d'érable.

L'heure avance et je dois continuer ma route. J'ai juste le temps d'arriver à la Ferme Jocelyn Urbain pour mon agneau.

Je m'accorde tout de même un petit arrêt supplémentaire. La presque voisine Ferme de la Vallée Verte propose des produits de chèvres et de vaches (fromages, laits, yogourt).

J'adore le yogourt de chèvre, car il est beaucoup plus digeste pour moi que le yogourt de vache.  Mais l'essai de leur Parmed'or me surprend. C'est un cheddar au goût de parmesan. À manger seul il est déjà délicieux, et j'ai hâte de cuisiner avec.

Je me prends un petit sac de fromage en crotte pour la route, et reprends la route vers le sud pour ma dernière étape.

Mais il est difficile de ne pas faire de détour avec tous ces petits panneaux bleus qui nous indiquent tant de producteurs. Je ne vais pas céder, enfin c'est ce que je me dis.

Le petit panneau de la Fromagerie du Champs de la Meule me fait craquer. Je ne connais d'eux que le Victor et Berthold, une pâte semi-ferme très goûteuse, alors j'en profiter pour goûter à tous les autres produits, et en acheter bien sûr.

Ma dernière étape est pour le producteur de viandes de la Ferme Jocelyn Urbain.

J'avais déjà visité, mais je voulais prendre voir les animaux et quelques photos.

Leur agneau est un des meilleurs que j'ai mangé. Il est savoureux, délicat et ne goûte pas le mouton, mais l'agneau. J'aime tellement que je planifie d'en acheter pour mon groupe cet automne.

En plus de produire une excellente viande, ils ont une ferme mobile pour agrémenter vos événements, à laquelle vous pourrez ajouter leur toute nouvelle crèmerie mobile.

C'est le temps de revenir vers Saint-Eustache, mais j'ai vu tellement de bons produits et d'agréables producteurs que je vais revenir dans cette région si proche de Montréal, mais je ferai la tournée dans l'autre sens pour avoir le temps de faire les petits détours des pancartes bleues.











vendredi 29 juillet 2016

Une belle chasse gourmande

Je suis arrivé la veille chez mes gentils fermiers de Saint-Anselme afin de participer à un cocktail dînatoire des saveurs de Bellechasse.
Ce fut une belle introduction et l'occasion de peaufiner mon parcours gourmand prévu pour le lendemain.
L'occasion aussi de rencontrer des producteurs et travailleurs de ce monde qui me fascine.
Après avoir dit au revoir aux animaux de la ferme, on prend la route.

Mais avant tout, il faut faire la « check-list » d'un promeneur gourmand :

- Plein d'essence : Fait
- Argent liquide en quantité suffisante : Fait;
- Estomac plein pour éviter de trop acheter : Fait;

Mon premier arrêt est pour le boucher à qui je parle parfois au téléphone lorsque j'achète une bête entière à mes gentils fermiers. Je ne l’ai jamais rencontré et je veux corriger cette lacune.

Sur mon chemin, j’aperçois la ferme Rouleau que j'ai connu la veille.

J'hésite, devrais-je arrêter ou non? Je n'ai pas le temps si je veux voir tout ce que j'ai prévu. Ce n'est que partie remise, leur production de safran m'intrigue au plus haut point.
Lors d'un prochain voyage dans cette région, en plus de les visiter, j'y prendrai surement mes légumes mais..., c'est vraiment leur Safran que je veux mieux connaître plus, moi qui suis un grand amateur de plat type paella.

L'abattoir boucherie Jacques Marquis (117 rue Principale, Saint Gervais) est un secret tellement bien gardé qu'il n'a ni site web, ni Facebook,

C'est une vraie boucherie qui abat, coupe et vend de la viande de ce terroir. Ils élaborent aussi des plats préparés traditionnels.
Pour moi, ils reçoivent les animaux de mon producteur, et à la fin, je n'ai que des boîtes et des boîtes de viande prête à être consommée, selon les coupes que j'ai choisies.
Jacques Marquis est vraiment sympathique et attentif à mes demandes et besoins, alors c'est décidé, il est mon boucher et je le garde.

Je quitte mon boucher et me dirige vers la fromagerie Cassis et Mélisse dont plusieurs personnes m'ont parlé, mais que je ne connais pas du tout. Cette fromagerie semble aussi être un autre secret bien gardé de Bellechasse. Il ne peut y avoir de fromageries secrètes pour UnGourmandAuQuebec.

Je m'attendais à beaucoup mais avant même d'arriver, je vécus ma première surprise : le changement dans le paysage.
Des champs entrecoupés de petits boisés, je passe à un océan de verdure.
Quel plaisir relaxant que de circuler entre deux murs de verdure et que seules quelques propriétés superbement aménagées brisent!
Les verts foncés prédominent et seuls les boisés d'épinettes avec leur absence de couvert herbeux changent la couleur dominante de temps en temps.

Et Cassis et Mélisse est cachée dans cet univers aux verts désunis.

Comme souvent chez les producteurs qui vendent à la ferme, une jolie boutique propose les produits fabriqués avec soin par la fromagère, mais aussi des produits d’artisanats locaux.
Je goûte ainsi leurs produits pour la première fois.
Quelque délicatesse, quelle finesse dans le goût.
Ici, pas d'agressivité, mais de la subtilité.
J'achète donc leurs fromages, quelques uns de chaque, pour moi et une amie.
Mais Cassis et Mélisse est bien plus que cela.
C'est un site de loisirs et de découvertes où l'on apprend beaucoup sur ces animaux si affectueux que sont les chèvres.
Visiter les étables et discuter avec les employés permet de mieux connaître leur travail, travail que Guillaume, Émilie et Anne-Marie font avec énormément d'attention et de plaisir. Cela se ressent dans leur gentillesse et leur accueil.
J'aurais passé ma journée sur le site à observer les chèvres ou juste m’asseoir et admirer le paysage de ces hauteurs.
Ils ont un petit gîte fort charmant, alors j'y retournerai cet automne pour profiter des couleurs que j'imagine aisément généreuses dans leurs variances.
Je me raisonne et prends la route en direction de la fromagerie du terroir de Bellechasse.

Sur le chemin, chaque détour, chaque sommet est l'avènement d'un paysage époustouflant.
Soyez prudent et arrêtez-vous sur le bas-côté afin d'admirer ses splendeurs, sinon, vous risquez de prendre le champ.
Progressivement, les collines laissent la place aux prairies et champs du début de mon voyage.

L'arrivée sur Saint-Vallier nous donne une vue d'une rare combinaison du village, du fleuve et de l’île d'Orléans.

J'arrive à la fromagerie du terroir de Bellechasse qui est connue pour ses fromages de type cheddar et à griller.
Je croyais m'y arrêter pour acheter quelques pièces, et par la suite continuer ma route afin de me trouver un restaurant.
Mais ce ne fut pas la peine de repartir tout de suite.
Leur boutique permet de découvrir les produits de la région et de manger sur place. J'y ai même vu des produits de Cassis et Mélisse que je venais à peine de quitter.
Il semble exister une belle solidarité entre les producteurs de la région et cela est très agréable à voir.
C'est j'ai mangé là un succulent sandwich généreusement garni de saumon fumé et pris quelques gâteries, c'est-à-dire viennoiseries et fromages en crotte pour grignoter sur la route.

Si vous êtes sur la route entre Québec et Rimouski, sur l'autoroute 20, la fromagerie des territoires de Bellechasse est une halte gourmande dépaysante que je recommande

Ma prochaine étape est le Ricaneux.
J'avais rencontré Nathalie, la propriétaire, au festival Fromages, Bouffe et tradition de Victoriaville et elle qui m'a fortement suggéré de visiter la région de Bellechasse.
Je me devais de la remercier de cette excellente suggestion et de visiter son verger.
Coups de chance, Nathalie était là et à ma demande elle m'a fait visiter les caves et expliquer tout son labeur.
Cela n'est pas un privilège de blogueur. Il est possible de demander la même visite individuelle et pour des groupes, si vous appelez avant, ils peuvent également vous organiser une visite sur mesure.
Pendant que je discute avec Nathalie, un couple se délecte des produits du Ricaneux pour un petit trois dollars..
Nous allons dehors voir le site et dès l'entrée j'ai pu voir les plans des fruits utilisés pour les vins.
Devant ces plans en fleurs il y a des petits panneaux qui vous indiquent ce que nous voyez.
Tout est fait pour la détente et la découverte et les nombreux projets dont Nathalie me parle me le prouvent.
Des sentiers jusqu’au grand verger sont accessibles, des tables de pique-nique sous un toit de verdure est en cours d’aménagement, et il y a même un hamac pour ceux qui veulent pousser la relaxation plus loin.
J'achète un coffret des six petites bouteilles de leurs produits pour mes hôtes, et je reprends la route en direction du verger et de la cidrerie Casa Breton, dont j'avais dégusté un de leurs cidres la veille.

Sur la route, il y a le potager Ivanohé que je connais déjà.

Producteur, mais aussi revendeur de légumes du Québec, j'en profite pour faire mes achats de légumes pour la semaine.
Car faire des balades gourmandes, c’est aussi faire son épicerie directement à la ferme. Cela revient moins cher, est plus agréable, et permet d'obtenir des produits de plus grande fraîcheur.


Quelques kilomètres me séparent de ma dernière étape, le verger et vignoble Casa Breton.

Je ne suis pas un amateur de vins, mais j'aime un bon cidre surtout l'été. Je les avais vus la veille au cocktail dînatoire et j'avais apprécié leur cidre rosé en dégustation; une visite s'imposait.
À peine arrivé, le couple vu au Ricaneux arrive.
On se reconnait et on en profite pour faire une dégustation de groupe afin d'échanger sur les produits, mais aussi sur les mets qu'il peut accompagner.
L'échange et le partage fut tel que l'on termina par élaborer un recette de tartare de saumon aux pommes accompagné de leur cidre "Le Léger".
On me fit également visiter la superbe salle de réception à l'étage qui vous offre une vue inspirante.
Casa Breton offre une belle gamme de cidre dont un cidre de glace qui m'a séduit par ses saveurs de pommes et de sucre prédominant sur celle de l'alcool, caractéristique que je recherche personnellement dans un cidre de glace.
L'heure avance et je constate qu'il est temps de rentrer, la tête pleine de beaux paysages, de belles rencontres, des beaux et bons produits.

Je croyais que cela était fini, mais la nature m'a remercié de ma visite.

À quelques kilomètres de la ferme de mes hôtes, les champs de lin ont décidé de se mettre en fleur afin de m'offrir un fantastique spectacle,
Un champ devenu cours d'eau et j'ai ressenti la même émotion que j'avais enfant, quand après 800 kilomètres, je voyais enfin la mer, un spectacle que l'humble citadin que je suis n'avait jamais encore vue.
Un spectacle sublime que je ne risque pas d'oublier.
Il ne me restait plus qu'à déguster toutes mes découvertes.


vendredi 17 juin 2016

Mes coups de Cœurs 2015-2016

La belle saison commence, avec ses nouvelles récoltes, ses nouvelles créations, ses nouveaux festivals.
Avant de la commencer pleinement, je vous propose ma petite liste de coups de cœur de la saison précédente.
Premièrement, je vais commencer par les trois endroits où je les trouve. Car avoir des coups de cœur c'est bien, mais savoir où les retrouver est idéal.
Et surveiller les petites affiches que j'ai fait imprimer avec le nom de chaque produit coup de cœur.
Je les mets à disposition à tous ceux qui vendent ces produits afin de bien les identifier. Me contacter pour avoir le fichier pdf.

Mes marchés et fermiers

Le marché public de Longueuil : J'habite à Longueuil, alors mon épicerie, je la fais au marché public permanent de Longueuil (MPPL). J'y suis tellement bien que j'y vais parfois juste pour voir les commerçants et me détendre. Je vous signalerais dans cet article dans quelles échoppes trouver chacun de mes coups de cœur.
Vous pourrez ainsi profiter de l'occasion pour découvrir ce que tous ces marchands vous proposent. Car je n'ai qu'un seul estomac et donc, ne peux pas goûter à tout. Parfois j'envie les vaches avec leurs quatre estomacs.
J'ai écrit deux articles sur MON marché public, le dernier étant sur le marché permanent.
La ferme Guyon: Une autre grande découverte de début 2016, la ferme Guyon. C'est à 20 minutes de chez moi, à Chambly, et on y trouve énormément de produits d'ici. Il y a aussi des tas d'activités familiales, ateliers, conférences... bref, de quoi passer une bonne partie de la journée sans s'ennuyer. J'ai écrit un article récemment sur eux,
Surveillez toute leurs activités sur leur site internet, et emmenez-y vous enfants, ils vont adorer.
J'indiquerais aussi si mes coups de cœur y sont disponibles.
Mes gentils fermiers beaucerons: Mais ma grande découverte 2015-2016 sont les produits de la ferme de mes amis,  mes gentils fermiers beaucerons. Une toute petite ferme qui élève quelques animaux, pour eux, leurs proches et ... moi et mon groupe d'achat. On a ainsi des viandes (porc, baby-bœuf, poulet, lapins, œufs) élevées dans les traditions saines et qui respectent le bien-être animal. Je vois grandir ces animaux et je sais comment mes fermiers travaillent. Quant aux œufs, ils sont d'une fraîcheur inégalée, ce qui leur confère un goût vraiment unique. Si vous vous trouvez un fermier, prenez-en soin, il vous sera précieux.

Mes viandes et poissons fumés

J'aime les viandes et poissons fumés, car ils peuvent s’apprêter de mille et une façons, en entrée, sur une salade, en sandwich, et toute autre manière issue de notre imagination.
Le Poulet fumé du boucanier de St-Banarbé: Le produit le plus polyvalent que j'ai découvert la saison dernière est le poulet fumé du boucanier de St-Banarbé, car en plus des divers plats que l'on peut préparer avec, il peut aussi se servir froid ou tiède.
De plus, c'est un produit unique au Québec.
Il est disponible sur commande sur leur page facebook, ainsi qu'une vaste gamme de plats cuisiner comme à la maison, mais par un vrai chef cuisinier, André.
La bavette fumée du gardé-manger de Francois (Chambly et MPPL): Lors d'une de mes visites gourmandes, je me suis arrêté au Garde manger de François à Chambly et y ai dîner. Et je fis une superbe découverte, la bavette fumée. Servie en sandwich avec une bonne salade, vous avez là un repas gourmand, sain, délicieux qui saura vous ravir.
Heureusement pour nous, François est installé au MPPL avec son boulanger.


Le saumon fumé de Monsieur Émile: Autrefois, j'avais l'habitude de me m'approvisionner en saumon fumé à La Fumerie québécoise qui était proche de chez moi, un vrai fumoir artisanal en plein Longueuil. Malheureusement, il a du fermer et je me suis retrouvé pris au dépourvu à Noël dernier. Heureusement, le Poissonnier du Marché (public de Longueuil) m'a suggéré celui de Monsieur Émile, et depuis, c'est mon saumon fumé préféré.

Mes viandes, charcuteries et autres

Les boudins blancs et noirs Meyers: J'aime me gâter avec des mets qui me rappellent mon enfance, c'est réconfortant. Le boudin blanc et noir de Meyers`s saucisses allemandes est un moyen économique pour moi de voyager dans le temps et l'espace. Manger ces délices est revivre ma jeunesse en Europe, tellement leur goût est proche de ce que j'ai connu durant mon enfance. Ils sont disponibles dans les deux boutiques qu'ils ont, au Marché public de Longueuil et au marché Saint-Jacques à Montréal.

Le bacon F. Ménard: Même si j’achète mon porc chez mes amis fermiers, je suis parfois en manque de certaines coupes, comme le bacon. Et la boucherie F. Ménard comble mes besoins. Un bacon qui ne fond pas trop à la cuisson et qui est délicieux. Leurs bavettes à la dijonnaise sont aussi un régal très abordable. Disponible à la succursale du MPPL.

Le homard de Gaspésie: Comme beaucoup de gens, je ne regardais pas trop la provenance de mes homards, tant qu'ils étaient du Québec. Un jour, à l'aveugle, j'ai comparé un homard de Gaspésie et d'une autre provenance, car j'avais lu qu'il était meilleur. Je vous le confirme. La chair est plus ferme et le goût plus prononcé, demandez-le à votre marchand, moi, je vais le demander au Poissonnier du Marché au MPPL.

Les terrines de cerfs rouges  Labrecque: Parfois, vous goûtez une terrine d'une viande donnée, et vous cherchez le goût de cette viande. Mais avec Les Cerfs rouges Labrecque, c'est différent. Leurs terrines goûtent vraiment le cerf, ce qui n'ai pas surprenant avec le soin que Clément Labrecque accorde à sa production. Ils vous proposent 15 terrines, mousse et rillettes, et j'avoue ne pas encore tout essayé. Ces produits sont dans de nombreux festivals, et donc, Clément vous fera le plaisir de vous les faire découvrir. Disponible bientôt à la fromagerie des nations du MPPL, et à la ferme Guyon.

Les "Si Pousse" de Fou du Cochon: J'ai découvert les saucissons "Si Pousse" par hasard, grâce à un ami qui à travaillé chez Fou du Cochon. Mon ami m'ayant conseillé d'essayer, je l'ai fait et ai adopté le Si Pousse, surtout celui au bleu. Son seul défaut est que si je l'entame, je le fini la journée même. Mais j'ai réglé mon problème, lorsque je vais à la ferme Guyon, j'en achète plusieurs. Au passage, toute la gamme de produits fou du cochon mérite d'être essayée.

Mes épices et condiments

Les moutardes de la maison Orphée: J'aime les moutardes fortes, et pendant très longtemps, j'achetais de la moutarde importée. Mais depuis que j'ai découvert les moutardes de la maison Orphée (Québec), je peux maintenant me gâter avec des moutardes d'ici. La forte l'est vraiment et à celle à l'ancienne est délicieuse. Elle est disponible au Vrac du MPPL.

L'huile de caméline Et Voila: Faîtes au Québec avec des grains provenant du Québec et du reste du Canada, l'huile Et Voilà a un goût entre l'huile de canola et l'huile d'olive, avec les mêmes caractéristiques pour la santé, mais un point de fumée  plus élevé. En filet sur des légumes de saison, ou en cuisine, j'ai découvert et adopté ce produit d'ici.Disponible aux Délices de Nonna, et à la ferme Guyon.

Les vinaigrettes Épicéa: Tout d'abord, ces vinaigrettes au goût unique grâce aux épinettes utilisées méritent une place dans votre garde-manger. Mais quand j'ai su que les produits Épicéa étaient réalisées par le Centre de rétablissement en santé mentale, je succombai. Car moi qui suis attaché au côté humain des choses, marier une cause sociale et des bons produits locaux ne peut que me séduire.Disponible au vrac du MPPL et à la ferme Guyon

J'utilise trois marques d'épices pour cuisiner, même si beaucoup s'autres existe et que je suis loin de les avoir toutes essayées.
Épices La Pincée: délicat et tout en subtilité, la gamme la Pincé offre des mélanges d'épices pour toutes les occasions et mets. Disponible au Poissonier du Marché du MPPL
Épices Méchant Mix: Plus viril que les épices de la pincée, j'utilise Méchant Mix quand je veux que mon plat soit plus relevé. J'adore leur mélange à base de gros sel. Disponible à la ferme Guyon.
Épices du cru: Des fois, j'ai envie d'une épice et non pas d'un mélange. Et le maître dans ce domaine est Philippe de Vienne qui propose des épices des quatre coins du monde extrêmement bien choisi. Il y a tellement de possibilités dans sa gamme de produits que le monde de Philippe de Vienne doit avoir plus quatre coins. Disponible à la Fromagerie des Nations du MPPL.

Mes fruits et Légumes

Les petits fruits du Québec: Jadis il y avait des fraises, des framboises et des bleuets. Enfin pour ceux qui habitaient en ville, car en campagne, les petits fruits indigènes étaient connus. Plusieurs producteur on eux l'idée de les produire et lespopulariser et ainsi, on retrouve argousier, camerise, amélanche, chicoutai, sureau et plusieurs autres. La Camerisière Granbuenne vous propose ses produits  de camerise au MPPL et les marchands saisonniers vous en propose d'autres.

Les asperges du Québec: J'aime tellement les asperges du Québec que pour moi, les autres asperges sont un autre légume. Cuitent dans de l'eau et mangées froides ou ti`des, saisies sur le barbecue ou poilée, crus coupées en fine tranche dans un salade, je les apprête de toutes ces manières. La saison est courte, alors'en profite grandement, et ensuite, j'attends l’année suivante.
Disponible chez tous les maraîchers et fruiteries en saison, jusqu'à fin juin. 

L'autocueillette: Pour manger des fruits et légumes savoureux, il faut idéalement qu'il soient cueilli mure. Acheter local vous garanti qu'ils ont moins voyagé, acheter à une productrice locale sur un marché public est encore mieux, ils ont alors quelques jours maximum. Mais aller les cueillir soi-même, dans le champ, il n'y a rien de mieux. En plus, vous respirerez l'air vivifiant de nos campagnes. Maintenant, des producteurs offrent autre chose que seulement des fraises. Le potager Mont-Rouge, présent en saison au MPPL, propose l'autocueillette de tomates en plus de vous vendre plus de 50 variétés de tomate. En 2016, je planifie l'autocueillete de petits fruits (pour les confitures),  de tomates (pour mes sauces), des pommes (pour la compote) et me laissez allez à d’autres légumes que je trouverai.

Mes gâteries et boissons

Les cidres du Québec et autres produits à boire de la pomme: Car le Québec est un gros producteur de pomme, nos créatifs pomiculteurs ont développé toute une gamme de produits alcoolisée ou non, de la pomme. Du moût sans alcool au Brandy de 10 ans d'âge, il y a en pour toutes les papilles. J’utilise du vinaigre de pomme que j’achète a Pomme Richita au MPPL, endroit où je me gâte régulièrement avec un bon cidre ben frais.

Le Cola 1642: Je ne suis pas un amateur de cola. En général, je les trouve trop sucrés et ils me laissent un goût pâteux dans la bouche. Et bien ce goût pâteux doit venir du sucre utilisé, car avec le cola 1642, je ne l'ai pas. Un cola d'ici, quoi de mieux pour me séduire. On le trouve plus facilement maintenant, mais il est à Citron que c'est bon au MPPL.




La pizza Rustika: L'été, j'ai du mal à allumer ma cuisinière. Alors, je me cherche des repas préparés pour mes lunchs. Les pizzas Rustica faîte artisanalement, avec des produits frais, c'est un feu d'artifice de saveur présenté sur une pâte à pizza qui ne goûte pas le chimique. je les ai découverts au MPPL, et depuis peu, ils sont au marché des jardiniers de la Prairie. Ma préféré l'été est celle avec des feuilles crues d'épinard et du fromage féta.






La suite

Dans cet article, je ne parle pas de fromages, ce qui peut paraître étrange venant de moi.
C'est simplement que je prépare un autre article uniquement sur les fromages d'ici, et les endroits où les trouver.
Mes coups de cœurs fromagers 2015-2016, bientôt en ligne.

dimanche 24 avril 2016

La ferme Guyon: Le quartier 10/35 des gourmands

J'ai découvert la ferme Guyon par hasard, il y a quelques années, lorsque Ricardo Larrivée, LE Ricardo, en est devenu un des actionnaires.
C'était il y a quatre ans, et toujours trop pressé ou en retard lorsque je passais à côté, je ne m'y étais jamais arrêté, même si je me le promettais.
Quelle erreur impardonnable.

Il y a quelques semaines, j'ai trouvé le temps d'en faire la visite et fut émerveillé, juste par le marché fermier; une immense boutique du terroir avec boucherie, boulangerie, fromagerie, produits du terroir, bières, cidres de chez nous et plus encore.
Émerveillé par sa taille.
Émerveillé par la diversité de produits.
Émerveillé par l'ambiance agréable.

Commençons la visite
J'ai donc décidé d'y retourner pour vous décrire ce que vous allez trouver à la ferme Guyon..
Et la journée fut tellement chargée en toutes sortes de découvertes que je vais faire deux articles, celui-ci sur le côté gourmand et un autre sur les autres aspects de la ferme.
Car la Ferme Guyon est bien plus que'un marché fermier. Elle est aussi une ferme pédagogique et propose des ateliers, des formations, des services-conseils, des activités.

De l'extérieur, le bâtiment ressemble à une grange moderne et de l'intérieur, c'est une immense grange haute de plafond.
Cette immensité est la première chose qui m'a surpris quand je suis entré. Devant moi des présentoirs avec des tas de produits du terroir, à ma droite une boucherie, et quand je me suis avancé un peu j'ai pu apercevoir la fromagerie et la boulangerie.
Votre gourmand n'a pas perdu la tête devant tout cela, enfin pas trop, enfin juste un peu.
Que voulez-vous,  pour un passionné comme moi, cela me donnait beaucoup de choses à voir, à goûter, et beaucoup de personnes avec qui échanger.

J'ai commencé par la boucherie car elle est juste à l'entrée et j'étais trop pressé de tout faire et tout voir en même temps.

La Boucherie
Succursale de la Boucherie du terroir de Sherbrooke, cette boucherie nous propose des viandes naturelles sans hormones de nombreux producteurs différents bien identifiés.
Il est ainsi simple de faire ses propres recherches pour mieux connaître le producteur et donc le produit
Et grâce à ces nombreux producteurs, la gamme de types de viande est impressionnante;
bœuf, veau, porc, agneau, poulet, émeu, cheval, sanglier, cerf, lapin, canard, oie, pintade, faisan, caille remplissent les comptoirs.
De plus, comme ils achètent les animaux entiers et en font eux-mêmes la coupe, ils peuvent vous faire des merveilles difficilement trouvables.
Essayez de demander à votre boucher habituel une langue de bœuf (pas de veau, vous savez, celle qui fait 4 kilos), de l’araignée ou de la poire de bœuf. Je l'ai fait, ai commandé, et maintenant n'ai plus qu'à cuisiner et déguster.
Une boucherie fantastique pour une viande de haute qualité, préparée par de vrais connaisseurs à l’affût de vos besoins.

En passant d'un endroit à un autre, il est difficile de ne pas s'arrêter pour une dégustation faîtes par des producteurs invités.

Les Dégustations
Après la boucherie j'ai fait un petit arrêt à un des postes où des producteurs nous font découvrir leurs produits.
J'aime ces rencontres, car elles permettent de découvrir de nouvelles créations, et surtout de discuter avec ceux qui nous nourrissent.
Et tous les samedis, plusieurs producteurs sont là pour vous y rencontrer.

Lors de ma visite, j'ai pu goûter les rillettes du Mans d'Éric, faites au Québec, des rillettes délicieuses qui cuisent lentement pendant plus de 18 heures, ce qui définit les rillettes du Mans. Des rillettes qui me rappellent mon enfance chez mes grands-parents.
J'ai essayé du sirop d'érable et beurre d'érable, dont un au café (un délice), de Érabl'or. Des gens tellement sympathiques que je vais certainement les visiter lors d'un de mes voyages gourmands.
J'ai aussi découvert une tisane faîte à partir de champignon de chaga, un produit bon pour la santé qui vient d'être créé et qui mérite d'être surveillé.
Et comme ces dégustations changent toutes les fins de semaine, je vais être obligé d'y retourner.... comme si j'avais besoin d'une excuse pour me faire plaisir.

Mais la fromagerie me faisait de l’œil et vous savez comment je suis un passionné des fromages d'ici, alors il me faillait vérifier qu'ils étaient bien présents dans le comptoir.

La Fromagerie
Et là, ce fut encore une belle surprise.
Imaginez la réputée fromagerie Atwater et son expertise reconnue, qui ne vendrait que des fromages d'ici.
Ce n'ai plus un rêve, c'est la fromagerie de la ferme Guyon.
Vous y trouverez des fromages de chèvres, de vache, de brebis, à pâte molle, à pâte dure, à tartiner, aromatisés et j'en passe.
Tous mes fromages préférés étaient là, et le service et les conseils sont irréprochables,
Osez demander et ils seront là pour vous aider et conseiller.
Vous pourrez même y goûter avant d'acheter.
Et si ils n'ont pas ce que vous cherchez, demandez-le. Mais il faut que votre demande soit bien sur un fromage québécois, c'est le premier critère. Et avec le réseau de fournisseurs qu'ils ont, je suis  qu'ils vont satisfaire à votre demande.

Mais qui dit fromages dit pains.

La Boulangerie
Et la toute jeune boulangerie Le Pain de la Ferme est là pour vous servir et vous plaire.
Freddy, un jeune boulanger créatif et dynamique vous propose des viennoiseries, des pains, des gâteaux et des sandwiches.
Et des pains, il y en a.
En discutant avec Freddy, j'ai réalisé qu'il était un vrai passionné, qui aime le travail de la farine, et qui adore créer de nouveaux pains et autres gâteries.
Toutes les fins de semaine vous pourrez découvrir de nouvelles créations.
Freddy est le genre de boulanger à être a l'écoute de ses clients pour s'inspirer. Le genre de gars avec qui j'aime jaser car une passion commune nous anime.
Et ses clients ont l'air de penser comme moi. Le comptoir était plein en fin de matinée, et lorsque je suis repassé en fin de journée pour faire mes achats j'ai du me contenté des restes, les autres clients ayant tout pris.
La prochaine fois, j'y ferai mes achats en premier.

Tout cela vous semble beaucoup. Mais ce n'est pas fini.

Les produits du terroir 
Là, je l'avoue, j'ai perdu la tête, enfin ce qu'il m'en restait.
Vinaigrettes, huiles, moutardes, tartinades, sauces, confitures, produits de l'érable, miels, caramels, mais aussi céréales, farines sont proposés venant de plusieurs producteurs régionaux, parfois plus de dix différents.
Une abondance de produits locaux impressionnante qui peut satisfaire même les plus exigeants.
De plus, les régions de production sont bien indiquées et j'ai donc pu sans problème retrouver mes terrines de cerf préférées, celles des Cerfs Rouge Labrecque.
Et mon huile "Et Voilà!" était là aussi.
Dans le même coin, vous allez pouvoir trouver votre bière de micro-brasserie, et vos produits de la pomme.
Les produits Michel Jodoin y occupe une place bien visible, mais beaucoup d'autres producteurs y sont représentés. Il y en a pour tous les goûts, les styles, les envies..
Si comme moi vous n'êtes pas expert en bière, un livre est disponible pour vous aider, mais plus encore, demandez conseil, ils vous seront donnés avec gentillesse,

Et ne n'ai pas tout vu.

Et plus encore

Des fruits, légumes et des produits transformé sont aussi proposés. Tous venant d'ICI, un bel exploit.
En saison, la ferme produit des légumes qui seront certifiés biologique l'an prochain.
On peut donc dire que cette année, ce sera des légumes biologiques non certifiés, qui en plus n'auront pas beaucoup voyagé, juste quelques dizaines de mètres, de la serre au marché fermier.

Il y a aussi un rayon ou l'on peut acheter des accessoires de cuisine.
Mes deux marques préférées dans ce domaine sont Trudeau et Ricardo.
Et que vis-je?
Mes deux marques préférées y sont proposé avec un vaste choix.
Serait-ce un complot pour me ruiner?
Non, ne soyons pas parano, mais maintenant, je sais où je vais acheter mes accessoires de cuisine.

Et très bientôt, plantes, arbustes, fleurs et autres produits pour aménager votre terrain vous seront proposés.
Ils offrent même un service conseil pour vous aider.

Informations Pratiques
- La ferme se trouve à l'intersection des autoroute 10 et 35, d'où le titre de cet article "La ferme Guyon: Le quartier 10/35 des gourmands"
- C'est à 15 minutes de la sortie du pont Champlain
- Suivez-les sur Facebook pour vous assurer de ne rien manquer.
Leur site web fournit aussi beaucoup d'information sur leurs offres, activité et événements.